« Il faut soutenir Saint-Édouard-de-Maskinongé »

Vendredi 24 mai 2019 :

Ruth Ellen Brosseau, députée de Berthier-Maskinongé, Simon Allaire, député de Maskinongé, Robert Lalonde, préfet de la MRC, et Réal Normandin, maire de Saint-Édouard-de-Maskinongé, se sont rencontrés ce matin pour faire le point sur la situation et tenter d’identifier des pistes de solution pour assurer la vitalité du village de 700 habitants durement touché ces derniers mois.

Saint-Édouard-de-Maskinongé

« À la MRC, nous sommes pour le maintien des animaux au Zoo de Saint-Édouard, dans des conditions adéquates bien entendu. Nous souhaitons qu’il y ait une possibilité de relance de cette entreprise qui est étroitement liée au développement de la municipalité depuis 1957. Il faudrait évaluer si les efforts déployés présentement pourraient être faits autrement, en conservant les animaux sur le site. Mais comme nous ne pouvons pas nous immiscer dans le processus judiciaire en cours ni intervenir sur un terrain privé, le consensus auquel nous sommes arrivés ce matin est que nous devons maintenant travailler sur la vitalité de la municipalité dans son ensemble », a indiqué Robert Lalonde.

« Après la fermeture d’Excelbois, du Groupement forestier Maskinongé-Lanaudière, du Café Édouard, puis l’incendie qui a gravement touché l’entreprise Casaubon et Frères, et maintenant la menace qui plane sur le zoo, c’est beaucoup de tuiles en peu de temps pour notre petite municipalité. Il est important de trouver des moyens de soutenir Saint-Édouard. Nous souhaitons demeurer un village dynamique. Nous sommes à l’écoute et évaluerons toutes les possibilités », a ajouté Réal Normandin.

Ce qui arrive à Saint-Édouard est représentatif de plusieurs petites municipalités dévitalisées en Mauricie et au Québec. Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation doit développer des outils techniques et financiers pour aider au maintien et au développement de ces collectivités.